Imperial Cleaning

Patricia Johansson-Rosen : La psychanalyse face au suicide

C'est ainsi qu'elle est devenue une prostituée du Dauphin couronné , avant que Lardin ne l'épouse.

10 ans CongoForum

Découvrez ma musique !

Et le Conseil Départemental a déjà engagé le budget de son mandat: Il faut donc définir des priorités: Il peut donc attendre la prochaine programmation de construction de collèges. Cette pétition est accessible en ligne: Il paraît important de sensibiliser chacun autour de cette pétition, et pas seulement les familles concernées par la scolarité au collège.

Ce courrier a été relayé par la Dépêche:. Faut-il situer le nouveau collège au centre de la zone déficitaire, soit aux environs de Lamasquère, ou dans cette direction, pour équilibrer les distances?

Mais on peut envisager une prise en charge intercommunale du nouveau collège par Lamasquère, Saint-Clar, Seysses et Muret, quatre communes de la même communauté de communes, le Muretain, lequel serait ainsi appelé à soutenir la création de ce collège.

Cette école se trouve dans le nouveau quartier Las Fontes, qui sort actuellement de terre, et ouvrira à la rentrée Des solutions avaient pourtant été évoquées: Les élus agissent, souvent de bonne foi, parfois par intérêt politicien, en fonction de leurs critères propres, qui ne sont pas forcément les nôtres.

Nous savons râler dans notre coin, dans nos fauteuils devant la télé, et nous attendons cinq années pour aller voter, sans très bien savoir pour quoi et pour qui.

Nous devons les accompagner dans la tâche que nous leur avons déléguée. Chacun a le droit le devoir? Ouvrir cet espace de parole publique à tous ceux qui manifestent un intérêt pour la gestion de la commune est un acte démocratique, dont nous pouvons le remercier. En espérant que cet espace de parole publique reste un espace de respect mutuel, dans la forme et dans le fond, malgré les déceptions, les inquiétudes, les colères parfois, qui ont besoin de se dire….

Le système électoral diffère selon la taille de la commune. Le mandat des élus municipaux est de 6 ans, renouvelable indéfiniment. Les membres du conseil municipal sont élus au scrutin proportionnel de liste à deux tours, avec prime accordée à la liste arrivée en tête. La liste victorieuse majorité absolue au premier tour, majorité relative au second se voit en premier lieu attribuer la moitié des sièges à pourvoir. Les listes sont bloquées.

Chaque liste doit comporter autant de noms que de sièges à pourvoir. Le conseil municipal est présidé par le maire, et dispose collectivement du pouvoir délibérant sur le territoire de la commune. Un maire adjoint a une responsabilité exécutive. Les adjoints pilotent les services de la mairie, selon un découpage social, finance, développement etc … qui a été décidé par le maire et le conseil municipal. Un conseiller municipal a moins de responsabilités.

En cas de dysfonctionnement grave, le conseil peut demander une dissolution par décret en conseil des ministres. Les électeurs peuvent désormais remplir leur demande de vote par procuration depuis leur ordinateur personnel, en utilisant le formulaire Cerfa disponible en ligne.

Les conseillers municipaux sont élus au suffrage universel direct par les électeurs français et européens inscrits sur les listes électorales. Le mode de scrutin dépend de la taille de la commune. Le maire et ses adjoints sont ensuite élus par le Conseil municipal. Pour Seysses, deux lieux pour les bureaux de vote: Comment lire une liste: Pour la liste qui est élue, les premiers de la liste seront appelés à être adjoints au maire ; les autres seront conseillers.

Ils prennent ainsi des places aux derniers conseillers de la liste victorieuse. Le conseil municipal peut élire la personne qui est en troisième position sur la liste par exemple. Ce sont là des règles généralement convenues. Les élus sont donc ceux que nous désignons pour incarner la volonté générale , pour voter les décision concernant la gestion de la commune, pour contrôler comment la commune est gérée et non gouvernée….

Elle traduit soit un désintérêt total pour la vie publique, soit un choix politique actif consistant à ne pas se prononcer afin de montrer son désaccord. Lors du dépouillement les votes blancs et nuls sont comptabilisés et sont annexés au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. En voici quelques uns, proposés par le site http: Vous pourrez ainsi apporter vos idées, participer à des réalisations visant à améliorer la vie de vos concitoyens, donner votre avis sur des projets qui vous concernent et faire des propositions aux élus sur les dossiers qui vous intéressent.

Simplement, au sein du Conseil des Jeunes, votre parole pourrait peut-être avoir plus de poids. Les CCQ permettent donc de faire vivre une véritable démocratie locale, donnant la possibilité aux habitants des quartiers de devenir des citoyens engagés et des acteurs importants de la vie locale.

A ce jour, nombre de communes ont déjà mis en place des CCQ. Cette doctrine se vérifie depuis cent ans dans les milliers de structures associatives en France. Les associations sont des corps intermédiaires à part entière, complémentaires du monde politique et syndical.

Près de 1 associations actives en France agissent pour retisser du lien social, aider les personnes en difficulté, défendre des principes moraux, des intérêts économiques ou environnementaux, soutenir des projets culturels ou associatifs.

Cette initiative permet la rencontre de jeunes venus de milieux culturels divers, favorise donc une certaine mixité sociale et culturelle et participe à la formation aux valeurs civiques. Le maire a cependant la possibilité de donner la parole à un auditeur. De nouveaux élus vont arriver. Christian Partinico habite Seysses depuis Depuis 7 ans, dès le début de la retraite, il est devenu correspondant Dépêche.

Encore une façon de rester en contact, et de servir la commune! Avec le personnel de la médiathèque, il a créé le service culturel. Ainsi, au-delà de la gestion de la médiathèque, nos bibliothécaires se sont vues confier la tâche de proposer des spectacles, des animations culturelles à tous les publics. Je passe le relais: Je reste cependant correspondant Dépêche, et donc attentif à ce qui se passe à Seysses. Et il reste, bien sûr, seyssois, plus que jamais, et fidèle adhérent du club montagne.

Nous nous apprêtons à voter pour désigner des personnes à qui nous demanderons de gérer la commune et de nous représenter pendant plusieurs années. Lors de la Révolution française, il y a eu un important débat sur cette question pour les parlementaires.

Certains étaient favorables au système dit du mandat impératif. Mais, les citoyens considèrent également que les élus nationaux doivent pouvoir être saisis de problèmes plus quotidiens.

Les parlementaires le font volontiers et y consacrent un temps important. Outre un statut juridique et des rôles sociaux, la citoyenneté en effet, se définit aussi par des valeurs. On peut en évoquer au moins trois:. De façon plus générale, le civisme est lié à un comportement actif du citoyen dans la vie quotidienne et publique. Dans ces conditions, la solidarité, qui consiste à venir en aide aux plus démunis, directement ou par le biais des politiques publiques ex: Ces trois valeurs donnent à la citoyenneté tout son sens..

Qui est le la candidat e idéal e? Si les qualités relationnelles paraissent premières, celles liés aux compétences sont moins essentielles, dans la mesure où les décisions sont — en principe, si les règles démocratiques sont respectées — prises en équipes. Aussi, ne pas les avoir toutes ne doit pas faire craindre de se présenter: La capacité à se remettre en cause et à progresser est sans doute la première des qualités nécessaires, indispensable celle-là.

Une bonne expérience de vie et la connaissance de son milieu sont tout aussi, sinon plus importantes, que les diplômes ou les compétences professionnelles. Quel que soit le niveau de responsabilité brigué, tout e candidat e doit avoir certaines connaissances et faire preuve de beaucoup de détermination.

Adapté du site www. Nouvelle Organisation du Territoire de la République. Mais peut-être ne veut-il parler que des maires. Et peut-être alors faut-il penser que les autres, les co-listiers bien utiles au moment des élections ne sont pas des élus?

Il va devenir difficile de se sentir habiter un territoire. Au nom des intérêts de qui? En ce qui me concerne, non. Tout cela se fait avec une absence totale de démocratie.

Quels liens les élus vont-ils pouvoir garder avec des citoyens intercommunaux dont ils ne partagent pas la vie, dont ils ne savent rien? Au nom de … quelques économies? Le journaliste de La Dépêche dit plus loin: Oui, nos élus ont joué au Monopoly avec nos territoires, avec nos cadres de vies, avec notre quotidien, avec la démocratie.

Cet article est long. Il peut se lire par petits bouts, par petites touches. Le temps les mettra en lien dans une pensée. Pas de citoyenneté sans appartenance à un groupe: Nous sommes tous citoyens par principe. Nous sommes tous citoyens, oui, mais citoyen de quoi?

Avoir envie de le protéger, de le transmettre. Il y avait toujours une bonne raison de le faire là, de se mettre à habiter là, tous ensembles, les uns à côté des autres.

Ce sens, perceptible, donne une couleur au quotidien. Il unifie le temps qui passe. Il habille nos présences, nous qui sommes là, simplement là, posés dans ce lieu. Nos vies sociales favorisent-elles notre appartenance à un groupe plus large que celui de nos amis et proches? Territoire et communauté permettent la rencontre.

Elle ne peut devenir nationale ou mondiale que sur la base de cette première expérience, par extrapolation. Alors, quel meilleur cadre que la commune pour penser la citoyenneté, et peut-il y avoir meilleur fondement pour notre citoyenneté que la citoyenneté locale?

Responsable en moi, responsable avec les autres, responsable pour les générations à venir. Heureux et fier de la trace que nous aurons laissée de notre occupation de ce lieu. La citoyenneté ne se décrète pas. La qualité de citoyen ne nous vient pas en naissant. Il faut en avoir le désir, et ce désir ne peut naître que dans notre environnement local.

Comme tous les désirs, il se construit avec le temps qui passe, se nourrit des rencontres et du manque. Pas seulement une maison, un jardin clos, un appartement. Habiter, cela concerne un territoire tout entier. La citoyenneté se construit par les rencontres que, cheminant, on fait là.

On commence à les faire un jour, et puis on les fait encore, et encore. Il y a des lieux importants où les habitants peuvent se rencontrer, se découvrir, semblables et différents. Des places, des parcs. On peut se sentir en lien avec une communauté sans avoir de lien particulier à une ou des personnes de cette communauté. Ça peut être aussi être attentif à la gestion de la commune, en allant écouter les conseils municipaux, en participant aux enquêtes publiques, en en parlant.

Ou, encore plus simplement, se croiser tous les jours sur le trottoir, en allant chercher son pain. Pas pour la politesse: Jour après jour, mine de rien, ces moments éphémères nous ancrent dans un lieu, dans des regards, dans des mémoires. Comme elle est absente, la personne âgée qui passait chaque jour, à qui nous disions juste bonjour, un sourire, et qui ne passera plus jamais. Marcher sur un trottoir: Encore faut-il aussi marcher, et ne pas prendre sa voiture, cette voiture-refuge, qui, avec la télévision, de notre isolement moderne.

On ne contraint pas des gens à être citoyens: Pas les grands bâtiments imposants, les demeures prestigieuses. Notre sens civique est plus fort quand nous habitons dans un lieu qui ne nous est pas anonyme. Ils font partie de notre identité. Nous sommes seyssois, et quand quelque part on parle de Seysses ou des seyssois, nous sommes soudain attentifs, nous nous sentons concernés. Tout est fait pour que nous ne puissions pas être citoyens.

Ces lieux où on ne fait que dormir et consommer. Au nom de la rentabilité. En nous faisant croire que notre bonheur est dans la consommation de biens inutiles. Mais notre humanité vaut plus que cette rentabilité! A quelles valeurs nous asservissons-nous? A qui profite le fait que nous ne sommes plus citoyens? Il est dédié au pays seyssois et à sa communauté, à son histoire et ses traces — le patrimoine -, à notre citoyenneté, notre citoyenneté seyssoise, qui débouche sur et fonde nos citoyennetés française, européenne et mondiale.

Leurs deux enfants, nés à Toulouse, ont grandi à Seysses, où ils ont fait toute leur scolarité. Les deux garçons nous dormions dans la chambre, la fille dans le salon, et les parents dans la cuisine. Il ne sait pas: Jeune homme, il termine ses études par une formation en électro-technique.

De cette carrière, il dit: La richesse et la compétence des uns profitaient aux autres. On nous laissait être autonome et responsable. Premier mandat en On est venu me chercher. La tendance du conseil était à gauche, avec un maire communiste. Je me suis intéressé au fonctionnement, à la vie de la commune. Ce qui peut apparaître comme de la réserve, est en fait une volonté de réfléchir et de chercher des solutions. Beaucoup de travail, mais ce sont des sujets très attachants: Sans parler des innombrables tâches invisibles, et non moins chronophages et énergivores.

Voilà qui est Philippe Stremler. Voilà qui était cet adjoint, notre adjoint, à qui les enfants de la commune, vos enfants, et nous tous, devons tant. Combien savent qui il est? Combien peuvent le reconnaître dans la rue? Combien lui diront merci? Chers élus qui nous représentez, qui souhaitez nous donner tant, nous avons voté pour chacun de vous, pour toute une équipe. Combien de démissions lors du précédent mandat, passées sous silence. Philippe savait coopérer et servir, sans pour autant être servile.

La restauration de la démocratie dans une localité où elle est tant mise à mal passe par cette exigence éthique. Merci Monsieur Stremler de nous avoir aidés à le penser par votre démission.

Ainsi que celui, plus récent, du 6 avril Questions diverses des élus et des auditeurs: Eclairage public ; Installation photovoltaïque ; Transfert voirie ch. Accéder à la vidéo en cliquant sur le lien il commence chaque fois par https….. Ordre du jour 30 Ordre du jour 4 07 Le voyage regroupait quelques élus Seyssois, majorité et opposition confondue, dont Geneviève Fabre, notre première adjointe, qui est également la vice-présidente du SIVOM de la Saudrune en charge du funéraire.

Pour un autre côté sur un immense cimetière, ce qui paraît on ne peut plus opportun. Sur un troisième côté sur un champ cultivé, sans que la zone soit pour autant une zone verte protégée.

Il fallait y penser. Agathe Lyons et Jeanine Bourgard, initiatrices du projet pour Seysses, dans la zone Ségla, avaient donc vu juste. Cet avis ne semble pas déterminant, puisque le projet continue.

La questio n reste en suspens depuis le conseil municipal du 1 er février Cliquer sur le plan pour agrandir. Cela concerne-t-il le projet de crématorium, que beaucoup croient arrêté? Ils ne se sont pas abstenus, ils ont refusé de voter. Mais alors, qui a payé le géomètre qui a fait la division parcellaire?

La balle est donc dans le camp de cet organisme. Mais aussi les deux pieds dans le PS. Espérons que ces personnes se pencheront sur le prix du m2 de la transaction prévue par le SIVOM pour les parcelles, surévaluées à 10 fois leur valeur. Cette école privée entretien un lien privilégié avec Seysses, puisque le site de la propriété de Lamothe est son terrain de mise en pratique des enseignements et de la recherche agronomique: Outre la production durable, elle compte dans sa structure un département Sciences sociales, environnement et biodiversité.

On aurait pu la penser plus sensible au destin écologique de ses terrains. Sur ce sujet, lire aussi le communiqué dans La Dépêche du 4 mars Crématorium Prix des terrains. Et le bon sens de ce commentaire de Bruno R. Aucune information auprès des habitants. Je suis un défenseur du principe de précaution. Un crématorium aura forcément des conséquences.

Tous les habitants du village sont concernés tout comme les habitants des communes avoisinantes. Elle a été suivie pendant trois ans, aucun traitement, tous les antidépresseurs, des plus anciens aux plus récents ont été essayés, psychothérapie, cure de sommeil… la psychiatrie avait utilisé les grands moyens… il restait les électrochocs et ça… Elle était infirmière en psychiatrie quand même. Donc, les électrochocs, elle en avait beaucoup vu et elle ne voulait pas être un légume.

Elle se sentait déjà un légume et je pense que peut-être elle avait peur de se séparer de sa petite, de sa petite lueur, petite chose vivante, stupide. Stupide existence, mais quand même. Mais elle avait peur pour son mari. Quelque chose comme ça. Il y croyait, lui, un peu plus. Une tentative de suicide: Lacan nous a simplifié le travail. Et puis il y a une part de plaisir, mais qui est un plaisir inconscient.

Ceci est parfaitement décrit chez Freud. Je pense que ces personnes ne sont pas dans la même problématique. Je crois que ce sont des mélancolies, des épisodes mélancoliques avec des déclenchements brutaux. Et selon vous, est-ce que ça joue un rôle dans notre haut taux de suicide dans notre société? Cela demande beaucoup, il faut se surveiller de près.

Je pense que ça permettait des identifications qui tenaient la route. Qui vous donne envie de vous identifier? Il y a beaucoup plus de règles Pour le Pape, on voit bien: Alors faut peut-être que le Pape reste en place pour nos patients psychotiques. On est pris, on sait, on a toute confiance en le soleil. Eh bien eux, non. Vous pouvez avoir plusieurs femmes, mais quand même, il faut être marié avec chacune.

Il y avait quelque chose comme ça dans la religion catholique. On est sur terre pour souffrir et ça ira mieux demain. Mais enfin le névrosé obsessionnel, de toutes façons, il a sa petite religion. Donc névrose, psychose, vaudrait mieux avoir une petite boussole pour savoir où se situe chaque sujet que nous rencontrons. Quand vous êtes psychotique, évidemment, vous vous mettez à délirer à pleins tuyaux sous antidépresseurs, parce que vous n'étiez pas fondamentalement déprimé, mais psychotique.

Nous les névrosés, on a du refoulement, on a des tas de choses qui nous empêchent. Ce sont deux critères fondamentaux pour savoir si on est aussi civilisé que ça. Mais je ne suis pas déprimée! Comment fait-on alors, au Québec, pour se repérer? Est-ce que le DSM est partout? Bien, je peux peut-être tenter de vous répondre un tout petit peu…. Cela a duré de à , et par la suite on a dit: En France, ça devient comme ça aussi.

Laennec est un hôpital Parisien. Je suis très, très étonnée que les psychiatres se soient laissés faire aussi facilement. En tout cas en France, il y avait une tradition humanitaire. La folie est angoissante. Le changement a été initié par les psychiatres ici. Et bien sûr, qui pousse tout droit vers un suicide collectif avec ces choses-là…. Mais la psychiatrie est morte. En France, ce qui se profile, c'est qu'il faudra faire des études beaucoup plus courtes pour pouvoir remplir ces petites fiches!

Et ce sera tout bénéfice! Il faudrait peut-être voir les choses de ce côté-là. Le symptôme est une solution pour le sujet, il ne faut jamais oublier ça. Donc il y a quelque chose qui les barbarise et qui les éloigne de leur désir à eux de donner une signification à leur vie. Ce ne sont pas seulement les psychiatres qui sont en cause. Là, ils ont été en dessous de tout. Mais ils ne sont pas les seuls. Et je trouve que notre civilisation perd beaucoup. Peut-être faut-il en passer par là pour que quelque chose resurgisse?

Comme vous le dites des enfants, nous allons tous bientôt n'être que des exécutants. Pendant toute notre vie on remplira des petites cases pré-établies avec des contenus pré-établis Alors est-ce que ce sera très calme, je ne sais pas… À votre avis? Ça va faire les beaux jours de la psychanalyse parce que le sujet ne se laisse pas totalement prendre, il va inventer de nouveaux symptômes.

Par rapport à ça, vous parliez de la mort et de la mort du sujet. La régression scopique, la régression spéculaire, et là, on peut parler de mort du sujet. Elle pourra avoir, je pense, des expressions cataclysmiques, comme effectivement des bombes humaines. J'ai trois questions ou réflexions pour réfléchir avec vous. Vous l'avez évoquée de façon un peu généralisée. Je parlais de psychotiques très très malades qui ont trouvé un apaisement en devenant musulmans. Alors ce qui veut dire que leur propre religion ne leur suffisait pas.

Alors que pendant très longtemps, on avait des psychotiques dans les hôpitaux psychiatriques qui, quand vous arriviez, vous posaient les mains sur la tête, ils vous baptisaient.

Sans neuroleptiques, sans rien. Et une autre chose: Un colloque des centres de crise et un autre qui était le Forum de psychiatrie de première ligne. Mais comme si ce discours n'est pas vraiment permis officiellement et ouvertement, qu'il n'était pas permis d'y réfléchir. Ça fait partie de sa mission. Déjà, Freud espérait amener la peste aux États-Unis. Je pense que la psychanalyse a à être subversive et à être extrêmement critique.

Quand on voit que les libertés individuelles, le mode de jouissance veut être uniformisé. Je ne sais pas comment ça va tourner.

Vous avez une idée? En tout cas, il faut être extrêmement vigilant. Dans plusieurs institutions, ici, à Montréal, ils font faire de l'art. Ils tiennent des discours un petit peu plus encourageants que Freud. Je suis venue ici ce soir, je voulais faire la différence entre les deux, puis là je ne me sens pas comme quand je vais assister à une réunion des amis de Jung.

Alors, il y a une solution quelque part, mais il faut que chacun la cherche. Chacun doit se débrouiller et trouver ce qui lui convient, évidemment, dans la mesure Mais au fond, il faudrait que chacune de nos vies soit une création. On va terminer sur cette note pour ce soir. Donc demain, les rencontres du Pont Freudien se poursuivent avec les séminaires qui vont porter sur la question de la pulsion de mort.

Aller au contenu principal. Applaudissements Échanges avec la salle Pierre Lafrenière: Bien, je peux peut-être tenter de vous répondre un tout petit peu… P. Ils voulaient faire de la désinstitutionnalisation. Et bien sûr, qui pousse tout droit vers un suicide collectif avec ces choses-là… P. Il y aura de nouveaux médicaments! Mais ça va être la surenchère! Je parlais de psychotiques Le Pont Freudien Inscrivez vous à notre lettre d'information!

RGPD: Protection de vos données