Imperial Cleaning

République romaine (1849)

Leucippé côtoie la mort:

Trouver un auto-entrepreneur par catégories et par ville

Les derniers articles

Il nomme ses deux fils Auguste mais à sa mort, Caracalla s'empresse de tuer son jeune frère Geta. Il est connu pour avoir publié en , le célèbre édit qui porte son nom donnant à tous les hommes libres de l'Empire la citoyenneté romaine.

Il meurt assassiné sur le front parthe sur ordre du préfet du prétoire Macrin qui ne réussit à prendre sa place que peu de temps. Il nomme son propre fils Diaduménien César puis Auguste en , mais sont tous deux assassinés. Le cousin de Caracalla, Élagabal devient ensuite empereur mais tout occupé au culte du dieu du même nom il laisse le gouvernement à sa grand-mère, Julia Maesa.

Il est tué par les prétoriens et son cousin Sévère Alexandre lui succède pour un règne de 13 ans. Certaines causes extérieures à l'Empire peuvent l'expliquer.

Cet empire puissant, bien structuré et agressif fait peser une pression constante sur les provinces d'Asie. Au nord-est de l'Europe, les Germains orientaux qui vivent dans les régions de la mer Baltique entament une lente migration vers le Sud et le Sud-Est européen.

Ce faisant, ils chassent les autres tribus qui se trouvent sur les territoires qu'ils traversent. Celles-ci cherchent à trouver refuge dans l'Empire romain en espérant y trouver de nouvelles terres et un riche butin [ 5 ]. Leurs incursions mettent en évidence la faiblesse de la stratégie défensive romaine. En effet, les légions sont massées aux frontières et une fois qu'elles sont franchies, les barbares peuvent ravager les provinces sans pratiquement aucune entrave.

Le dispositif militaire romain, et l'organisation du pouvoir impérial sont aussi très peu adaptés à une guerre simultanée sur deux fronts, en Orient et sur l'ensemble Rhin - Danube. Les difficultés internes sont dues à l'éloignement de plus en plus grand des militaires prêts à imposer de lourds sacrifices aux civils pour protéger l'Empire des menaces d'invasions et de la classe possédante qui accepte difficilement l'accroissement de ses charges fiscales. Sur le plan politique, cela se traduit par la montée de l'ordre équestre, titulaire des grandes préfectures et de plus en plus présente dans les provinces comme gouverneur à la place de la classe sénatoriale [ 6 ].

De plus à partir de , l'Empire romain est touché par des épidémies qui entraînent, au moins régionalement, une dépopulation et une crise économique dont souffrent principalement l'Occident déjà ravagé par les incursions germaniques.

L'état le plus récent de la recherche relativise cependant le caractère général et continu de la crise. Mais l'accent est désormais aussi mis sur la diversité des situations régionales, le maintien d'une prospérité en Afrique, sur l'existence de périodes de redressement ou sur les capacités de relèvement et de résistance, induisant plus une période de mutation qu'une crise et un déclin continus. La période comprise entre et est assez mal connue.

Seize empereurs se sont succédé, faits et défaits par le sort des armes. Les empereurs sont créés par un nouveau groupe, l'État-major de l'armée. Il choisit le nouvel empereur, qui est ensuite avalisé par le Sénat. Le rang impérial est devenu, aux yeux des militaires, le grade le plus élevé dans la hiérarchie des officiers. Ainsi Maximin I er le Thrace est le premier militaire de carrière à devenir empereur par la volonté seule de ses soldats.

Il déploie une grande énergie pour sécuriser la frontière face aux Daces et aux Sarmates. Il exige de la classe sénatoriale et des provinces de lourds impôts pour faire face aux dépenses militaires.

Cette pression fiscale provoque la révolte des grands propriétaires de la province d'Afrique qui portent officieusement à la tête de l'Empire Gordien I er , lequel associe au pouvoir son fils Gordien II en Rapidement, ceux-ci obtiennent le ralliement de nombreux gouverneurs et de nobles, à l'instar de Timésithée , mais surtout du Sénat. Ils sont battus par le gouverneur, resté loyal à Maximin, de la province voisine de Maurétanie.

Maximin, ayant eu vent de l'appui accordé par le Sénat aux deux Gordiens, est tué devant Aquilée par les troupes de Pupien , choisi avec Balbin comme nouvel Auguste. En portant deux empereurs à la tête de l'État, les sénateurs cherchent à recréer les conditions de la République, où le rôle du Sénat était plus important et sur laquelle régnait deux Consuls aux pouvoirs égaux.

Alors que l'Empire subit sur ses frontières septentrionales des pressions barbares, l'empereur sassanide du moment attaque entre et et à plusieurs reprises des villes et des camps romains basées en Mésopotamie, en Syrie et en Arménie. En , Gordien III, accompagné de son beau-père préfet du prétoire et véritable décisionnaire des affaires de l'empire Timésithée , attaque l'Empire sassanide de Shapur Ier.

Il périt des suites de ses blessures après la défaite de l'armée romaine marchant sur Ctesiphon. Timésithée étant lui aussi décédé de maladie , il est remplacé par Philippe l'Arabe qui remplace ensuite Gordien à la tête de l'empire. Contrairement aux dire de certains historiens, la thèse de l'assassinat de Gordien par Philippe celui-ci ayant remplacé le préfet du prétoire puis l'empereur, tous deux décédés à peu de temps d'intervalle est aujourd'hui le plus souvent écartée.

Philippe doit éliminer plusieurs concurrents avant d'être tué en affrontant Dèce. Dèce est le premier empereur tué par des barbares, lors de la lourde défaite d' Abrittus face aux Goths en Trébonien Galle et Émilien se succèdent à un rythme rapproché.

Ce dernier ne règne que quatre-vingt-huit jours. La légitimité impériale qui reposait sur la victoire est soumise à rude épreuve: Valérien règne associé à son fils Gallien. Celui-ci est le dernier aristocrate à parvenir à l'Empire [ 8 ]. Ils doivent faire face aux incursions des Alamans et des Francs en Gaule et à l'offensive du souverain sassanide Sapor en Syrie.

En , Valérien est même fait prisonnier par les Perses et finit ses jours comme esclave en Iran. Gallien resté seul empereur parvient à stopper une invasion des Alamans en les battant en Italie du Nord. Il abandonne la Dacie conquise par Trajan qui est devenue trop difficile à défendre et fixe la frontière de l'Empire sur le Danube.

Mais il doit faire face à de nombreuses usurpations, celle de Macrien et de Quiétus en Orient, de Régalien en Pannonie et de Postume en Gaule qui proclame l' Empire des Gaules. Les successeurs de Gallien sont tous des militaires à qui l'armée a donné une grande rigueur et la foi en l'éternité de l'Empire romain.

L'Empire est devenu militaire. À partir de réformes entamées sous Gallien — exclusion des sénateurs du commandement militaire — les empereurs illyriens font face à la crise et réorganisent la défense de l'Empire. Aurélien réunifie l'Empire en mettant un terme aux sécessions palmyrénienne et gauloise et fortifie Rome. Gallien - entame une mutation profonde de la stratégie militaire. Il répartit plus en profondeur les moyens de défense, en plaçant des détachements vexillationes des légions frontalières à l'intérieur du territoire romain — à Milan ou Aquilée en Italie , ou Sirmium ou Siscia en Illyrie [ p 50 ].

Il constitue une importante cavalerie, techniquement différente de la cavalerie légionnaire, qu'il place sous le commandement autonome d'un magister equitum [ p 50 ]. Il exclut les sénateurs , souvent incompétents, des emplois militaires et les remplace par des chevaliers , issus de la troupe [ p 51 ]. L'armée absorbe une part toujours plus grande des ressources de l'État. Un impôt spécial, l'annone militaire, est prélevé pour son entretien.

Les fonctions de général en chef et de chef de guerre victorieux que tient traditionnellement l'empereur sont renforcées dans ces périodes de guerres incessantes, et la fonction impériale devient progressivement le sommet de la carrière militaire [ 10 ]. La victoire et l'armée deviennent la source de la légitimité des empereurs [ 11 ]. Les empereurs essaient cependant de trouver une légitimité plus grande en s'appuyant sur la religion.

Dèce , à partir de [ p 53 ] puis Valérien [ p 54 ] renouvellent l'obligation de sacrifices, ce qui entraine des persécutions envers les réfractaires. En , son fils Gallien publie un édit de tolérance maintenu par ses successeurs pendant quarante ans [ p 55 ].

L'opposition entre la nobilitas et l'homme nouveau est plus vivace que jamais. L'Empire passe entre les mains de familles n'ayant jamais exercé la fonction impériale. Les empereurs novi laissent à leur famille la noblesse en héritage.

Les honestiores des provinces d'Occident et les dirigeants des peuples barbares voisins, acquièrent eux aussi la nobilitas qui les incorpore aux couches les plus élevées. En ce qui concerne la noblesse romaine, elle garde un immense prestige social mais perd presque toute son autorité politique. C'est une période complexe où l'Empire est profondément réformé et transformé devant les périls intérieurs et extérieurs qui le menacent, au prix d'une mobilisation toujours plus importante et lourde de la société.

Dans le même temps, le christianisme , d'abord persécuté, est progressivement accepté, encouragé, avant de devenir, en , la religion officielle et unique du monde romain par l' édit de Thessalonique. Le 20 novembre , Dioclétien , suivant l'habitude de l'époque, est proclamé auguste par une des armées régionales, celle d'Orient, à Nicomédie , après qu'il a tué l'assassin de l' empereur Numérien [ p 56 ].

L'empereur légitime, Carin , refuse de le reconnaître [ 14 ] , et l'affronte sur la Morava. Il gagne la bataille, mais est assassiné peu après, et Dioclétien devient ainsi le seul empereur du monde romain [ p 57 ].

L'époque est alors troublée: Quelques mois après son arrivée au pouvoir, Dioclétien comprend qu'il ne peut diriger seul l'Empire et confie à Maximien le soin de s'occuper de la Gaule et de la Germanie en tant que césar puis, l'année suivante, d' auguste [ p 56 ]. En , devant l'échec face à Carausius , Dioclétien renforce la division des tâches: Dioclétien reste cependant au sommet [ 16 ].

Il faut également se souvenir que c'est Dioclétien qui a choisi ses collègues, présentés par lui à l'armée — et leur dies imperii jour anniversaire de leur arrivée au pouvoir est le jour de leur désignation [ p 59 ]. Grâce à la collaboration de ces quatre hommes, la défense de l'Empire est assurée avec efficacité. Les Bagaudes sont vaincus en ou , Allectus , successeur de Carausius , est vaincu en par Constance Chlore , les peuplades germaniques vaincues également soumission du roi des Francs , Gennobaud, victoire sur les Alamans à Vindonissa vers [ p 60 ].

En Afrique , Maximien Hercule rétablit le calme et la sécurité en et [ p 61 ] , et il fortifie la frontière, abandonnant peut-être certaines portions du territoire romain, en Maurétanie Tingitane notamment [ 18 ]. En - , depuis Sirmium , Dioclétien défend le Danube , contre les Iazyges notamment, et construit de nouveaux forts pour solidifier la frontière [ p 61 ].

En , Galère mène une importante campagne contre les Carpes et les Bastarnes sur le Bas-Danube, et les vainc, rétablissant la tranquillité dans la région pour une dizaine d'années [ p 61 ]. En Égypte , province en proie à une grande agitation intérieure renforcée par une réforme fiscale sévère en , Dioclétien combat l'usurpateur Domitius Domitianus en - [ p 61 ]. Il fortifie ensuite le pays contre les Blemmyes , renforce les garnisons pour garantir la paix civile et réforme l'administration provinciale division en trois provinces , nomination de commandants militaires distincts des gouverneurs civils [ 19 ] , [ p 62 ].

À l'automne ou en , la guerre contre les Perses reprend à l'initiative du roi Narseh [ 19 ]. En , Galère , accouru du Bas-Danube, est vaincu en Mésopotamie durant le printemps [ 19 ]. Quelques mois plus tard, une campagne bien mieux préparée permet au césar de remporter une victoire sur l' Araxe contre Narseh , de prendre Nisibe et de pousser jusqu'à Ctésiphon [ p 63 ].

La paix est signée avec les Sassanides en à Nisibe , en présence de Dioclétien: La frontière en Syrie est consolidée par la construction de la Strata diocletiana [ N 5 ] , [ p 64 ]. Le régime tétrarchique a ainsi montré son efficacité — il a rétabli l'ordre aux frontières, compromis depuis un demi-siècle — et sa souplesse — les augustes n'hésitant pas à prendre en charge le ressort territorial des césars si nécessaire [ 20 ].

À partir de l'année , la paix est assurée aux frontières, et Dioclétien se concentre alors sur les réformes intérieures [ p 64 ]. Elles portent principalement sur l'organisation administrative de l'Empire, sur l'armée et sur la fiscalité. Sur le plan administratif, Dioclétien multiplie les provinces pour rapprocher le gouverneur des cités, renforcer le contrôle sur ces dernières [ 21 ] et affaiblir les gouverneurs [ 22 ] — on passe ainsi d'une quarantaine de provinces en à une centaine en Les gouverneurs sont ainsi dépouillés le plus souvent du commandement des troupes stationnées dans leur province — ce qui a aussi pour but de rendre les sécessions plus difficiles à mener [ 23 ].

Tous les chefs militaires, gouverneurs et vicaires sont nommés par l' empereur , et souvent pris dans l' ordre équestre , dont les membres doivent leurs privilèges à l'empereur [ 23 ].

Les troupes les aguerries — c'est-à-dire les légions — sont placées sous le commandement d'un duc dux , indépendant du pouvoir civil, et dont la zone d'action s'étend bien souvent à plusieurs provinces [ 24 ]. L'institution des vicaires responsables des diocèses permet d'affaiblir également les préfets du prétoire , qu'ils remplacent dans leur zone géographique [ p 65 ]. Il met également en place un nouveau système de recrutement pour l'armée, original, qui assimile la fourniture d'une recrue à un impôt [ 27 ].

Le principe est de fournir soit une ou plusieurs recrues c'est la praebitio tironicum selon le taux d'imposition, soit payer une somme en espèce l' aurum tironicum qui permet à l'État d'acheter des recrues [ 28 ] , [ pi 1 ]. Cette mesure de limitation des prix est toutefois un échec [ 29 ]. Sur le plan militaire, Dioclétien revient à la stratégie du Haut-Empire de la défense aux frontières: L'instauration de la Tétrarchie , avec ses quatre dirigeants, permet une décentralisation du commandement [ 30 ].

La période tétrarchique est marquée par un grand nombre de constructions militaires dans tout l'Empire [ 32 ]: Pour certains historiens, comme Paul Petit , Dioclétien constitue auprès de chaque tétrarque une petite force d'accompagnement comitatus , sans commune mesure avec la réserve qu'avait créée Gallien [ p 68 ] , pour d'autres, à l'instar de René Rémondon , une telle armée de campagne n'a été réunie qu'exceptionnellement, pour des opérations militaires précises [ 24 ].

Quoi qu'il en soit, cette force d'accompagnement des empereurs est faite avec les prétoriens renforcés par des détachements vexillationes des troupes frontalières, et elle est appelée comitatus [ N 7 ]. La plupart des historiens Theodor Mommsen , A. Jones , André Piganiol notamment penchent pour une augmentation des effectifs sous Dioclétien [ 33 ]. Ils ne deviennent fils de dieux et ne sont inspirés par la grâce divine qu'à partir du jour de leur investiture le dies natalis [ 37 ] , et perdent cette filiation après leur abdication: La filiation divine est renforcée par la sacralisation de l' empereur dans la vie de tous les jours.

Celui-ci porte un diadème [ N 9 ] orné de pierres précieuses qui symbolise son pouvoir, et baiser le bas du grand manteau pourpre qui couvre l'empereur rite de l' adoratio est un honneur pour ses sujets [ pi 2 ].

Le vocabulaire change également: Il ne faut pas pour autant voir Dioclétien comme un homme bouleversant la mentalité romaine. À bien des égards, il est plus romain que certains de ces prédécesseurs: Le 20 novembre , pour la célébration des vingt ans de règne vicennalia du premier auguste , Dioclétien , le collège impérial tout entier se réunit — pour la seule fois de son histoire — et se rend à Rome [ 40 ]. Galère est rappelé sur le Danube , mais les quatre hommes ont eu le temps de se concerter en Italie du Nord.

C'est peut-être à cette occasion que Dioclétien fait promettre à Maximien d'abdiquer conjointement avec lui en , après avoir accompli ses propres vingt ans de règne [ p 70 ]. Cette hypothèse est contestée, mais il demeure qu'en , les deux augustes abdiquent le même jour 1 er mai pour laisser la place à leurs Césars , Galère Orient et Constance Chlore Occident , qui deviennent à leur tour augustes [ p 71 ]. Les raisons profondes qui ont conduit les empereurs à abdiquer sont inconnues.

Dioclétien écarte ainsi de la succession les fils naturels de ses césars , Constantin — fils de Constance Chlore — et Maxence — fils de Maximien [ p 72 ]. Le principe de l'hérédité, qui conserve toujours les faveurs des armées, est donc balayé [ 42 ]. Le territoire impérial semble à cette occasion divisé d'une manière plus arrêtée. Après l'abdication des deux augustes le 1 er mai , le régime fonctionne bien jusqu'au 25 juillet , jusqu'à ce que meure Constance Chlore , et que soit proclamé empereur par ses troupes son fils, Constantin, le futur Constantin I er.

La crise ouverte à cette date dure près de vingt ans, et ne prend fin qu'avec la réunion de tout l'Empire sous le pouvoir de Constantin. Les causes de l'échec de la deuxième Tétrarchie sont multiples. La rivalité entre Galère et Constance Chlore en est une, la déception des fils naturels des anciens césars en est une autre [ p 71 ]. Roger Rémondon analyse également la faillite du système dioclétianien par l'incompatibilité des deux règles sur lesquels il était fixé [ 41 ]: Le mode de transmission du pouvoir ne saurait donc être stable.

De même, le pouvoir impérial, légitimé par la religion la filiation divine des augustes , s'en trouve paradoxalement affaibli [ 44 ]: Ainsi, l'équilibre précaire établi en lors de l'avènement de la deuxième Tétrarchie est compromis par un événement imprévu dès Le même jour, les soldats présents sur place, sans doute soudoyés par Constantin fils du défunt , proclament ce dernier empereur [ p 71 ]. C'est le retour du principe héréditaire et du choix des armées, comme durant l' Anarchie militaire.

Galère, hostile à cette usurpation, s'y résout car il est trop loin pour la combattre: Maxence , fils de l'ancien auguste Maximien , jaloux de la réussite de Constantin, prend le pouvoir à Rome le 26 octobre grâce à l'appui des prétoriens et de la plèbe mécontente des impôts, en tant que princeps seulement.

Son père Maximien revient à ses côtés et reprend son titre d' auguste. L' empereur légitime, Sévère , envoyé contre les usurpateurs par Galère , est tué par ses soldats — qui avaient servi sous Maximien — en septembre Galère marche à son tour contre les rebelles mais, craignant de connaître le même sort, fait machine arrière [ p 73 ]. La même année , Maximien se fait reconnaître auguste par Constantin , et son fils Maxence se proclame auguste également [ p 73 ].

La Tétrarchie est ruinée: En le vicaire d' Afrique , Domitius Alexander , se révolte contre Maxence , mettant en péril le ravitaillement de l' Italie [ p 74 ]. Pour résoudre cette situation, Galère fait appel à Dioclétien.

Celui-ci prend le consulat et réunit à Carnuntum en novembre Maximien et Galère [ p 74 ]. Il force alors Maximien à se retirer une seconde fois, et reconstitue une tétrarchie: De plus, deux usurpateurs sont exclus de ces négociations: Maxence continue de gouverner l'Italie, et Domitius Alexander l'Afrique.

Les deux césars protestent alors d'être maintenus dans des rôles subalternes. En , Galère cède et les reconnaît comme augustes — Maximin s'étant déjà fait proclamer empereur par ses troupes auparavant. Ainsi, en , l'Empire compte sept augustes car Maximien a repris une fois de plus son titre [ p 74 ].

Les événements suivants simplifient la situation: En , Domitius Alexander est battu par le préfet du prétoire de Maxence , Volusianus, et tué. La même année, Galère meurt, le 5 mai.

Son décès rétablit un pouvoir à quatre: Après s'être assuré de la neutralité de Licinius, Constantin franchit les Alpes en , et défait Maxence à la bataille du pont Milvius le 28 octobre [ p 75 ]. Il entre ensuite triomphalement à Rome. Dans les faits, ils reprennent les dispositions de l'édit de tolérance de Galère , promulgué en avril , peu avant sa mort, tout en supprimant ce qui en diminuait la portée [ p 76 ].

Le 30 avril , Licinius vainc Maximin près de Périnthe , en Thrace [ p 77 ]. L'Empire est donc maintenant dominé par deux augustes seulement. Après deux années d'intrigue, la guerre entre les deux rivaux éclate, en Licinius est vaincu à Cibalae en Pannonie puis en Thrace , mais il coupe les arrières de Constantin [ p 78 ]. Les deux empereurs font alors la paix. La guerre finale éclate en , à l'instigation de Constantin.

Licinius est battu près d' Andrinople , sa flotte détruite par le fils de Constantin, Crispus , et Byzance assiégée. En septembre , Licinius, passé en Asie, est vaincu définitivement à Chrysopolis. Il se rend, et est exécuté l'année suivante [ p 79 ]. L'Empire est réunifié sous un seul empereur , pour la première fois depuis Constantin I er règne alors seul pendant treize ans, jusqu'en Comme le souligne Jean-Michel Carrié , tout en tournant la page de la Tétrarchie , il ne ramène pas toutefois l'Empire à sa situation de La plupart des réformes dioclétianiennes sont maintenues, et modifiées pour les pérenniser — et seul le système, idéaliste, de transmission du pouvoir, est complètement abandonné.

Le christianisme , sans devenir religion d'État, est, sous Constantin, favorisé par le pouvoir. C'est également à Constantin que revient la fondation de la ville de Constantinople , sur le site de l'ancienne Byzance , qui sera la capitale de l' Empire romain d'Orient jusqu'en Le premier événement notable de son règne en tant que seul maître de l'Empire est la réunion du concile de Nicée en , que l' empereur a convoqué et préside.

Il agit alors pour préserver l'unité de l'Église, menacée par l' arianisme. Constantin, qui considère tenir son pouvoir de Dieu , s'investit grandement dans les affaires ecclésiastiques [ p 80 ]. Dans les jours qui suivent, la garde civique occupe le château Saint-Ange et les portes de la ville alors qu'arrivent au chef du gouvernement, le cardinal Antonelli , les remontrances des gouvernements sarde et toscan , ainsi que des représentants de Sicile , Lombardie et Vénétie.

Sept ministres démissionnent dont Marco Minghetti. Le 3 mai , le pape tente de redresser la situation en confiant la charge du nouveau gouvernement au comte Mamiani [ 35 ] , monarchiste constitutionnel [ 36 ] , et en écrivant une lettre personnelle à Ferdinand I er d'Autriche l'invitant à renoncer à la Lombardie-Vénétie [ 37 ] , [ 38 ]. Ferdinand I er ne répond même pas et Mamiani, après s'être présenté devant le parlement romain le 5 juin , donne sa démission le 12 juillet pour désaccord envers la ligne strictement neutre du pape [ 39 ].

Le 2 août , Mamiani est remplacé par Odoardo Fabbri. Le nouveau gouvernement envoie dans les légations Luigi Carlo Farini , qui arrive, le 2 septembre , à rétablir l'ordre public gravement troublé en raison de l'invasion de Welden [ 32 ]. Fabbri, qui est âgé et fatigué des luttes intestines, démissionne le 16 septembre [ 40 ].

Rossi est resté à Rome après la révolution française de [ 28 ] où il est remplacé par le duc François d'Harcourt désigné par Lamartine , alors ministre des Affaires étrangères [ 41 ] , [ 42 ].

Il assume la charge de l'Intérieur, la politique et les Finances [ 43 ]. Rossi est favorable au système constitutionnel mais opposé à une guerre nationale [ 28 ]. Le haut clergé et les conservateurs le trouvent révolutionnaire et dangereux, le peuple et les radicaux le trouvent réactionnaire, défenseur du pouvoir absolu, tandis que les libéraux et les modérés, ses soutiens naturels, rechignent à lui donner leur collaboration [ 44 ].

Son programme est de défendre la constitution contre les attaques dont elle est l'objet et à rendre au gouvernement l'autorité en réorganisant l'administration, la justice, les finances et l'économie [ 45 ]. Il décrète des aides et des pensions aux blessés et aux veuves de guerre et il appelle, pour diriger le ministère de la Guerre, le général Carlo Zucchi , qui est un ancien général d' Eugène de Beauharnais et un patriote nationaliste [ 46 ]. Le gouvernement sarde et les patriotes démocrates cherchent à profiter de la trêve pour mobiliser le plus grand nombre d'hommes.

Toutes les illusions sont perdues quant à l'intervention de Ferdinand II des Deux-Siciles , mais la question reste posée pour Florence et Rome [ 36 ]. Dans le grand-duché de Toscane , la position est désormais clairement en faveur de la cause nationale, après que Léopold II a renvoyé le gouvernement modéré de Ridolfi , le 17 août , et de Capponi [ 47 ] , le 9 octobre [ 48 ].

Le 27 octobre , il nomme le démocrate Giuseppe Montanelli. Celui-ci prend Francesco Domenico Guerrazzi comme ministre de l'Intérieur et inaugure une politique ultra démocratique, dans la terminologie politique de l'époque, tournée vers l'union avec les autres États italiens et la reprise conjointe de la guerre contre l'Autriche [ 49 ].

La question romaine reste ouverte, Pie IX et Pellegrino Rossi sont assez hostiles à une intervention. Ils ne nient pas l'exigence de la régénération nationale mais reprennent la politique modérée qui a été bousculée de manière imprévue par les cinq journées de Milan.

Politiquement, les philosophes Antonio Rosmini et Vincenzo Gioberti , proches du royaume de Sardaigne, souhaitent une confédération [ 50 ] , [ 51 ] alors que Rossi apporte son soutien à une ligue de principautés dont le Pape serait l'âme et qui devrait être négociée par les délégués des États italiens réunis en Constituante [ 45 ] et niant tout soutien aux Sardes et aux Toscans dans le cas d'une reprise de guerre. Ces positions s'opposent à celles des activistes adeptes de Mazzini qui prône une Italie unifiée et républicaine.

Le 4 novembre , Rossi publie un article dans la Gazzetta di Roma contre les visées hégémoniques du Piémont, ce qui le rend encore plus impopulaire [ 52 ]. Le 15 novembre , le parlement rouvre et Pellegrino Rossi est poignardé par un groupe d'anciens combattants de la légion des volontaires en Vénétie en collusion avec le Circolo popolare d'orientation démocratique [ 53 ].

Pie IX charge Giuseppe Galletti de dire à la foule qu'il n'envisage pas de nouvelle concession. La foule donne alors l'assaut, elle amène même un canon qu'elle pointe sur le palais: Pie IX convoque le corps diplomatique et déclare qu'il cède à la violence et considère nulles toutes les concessions qu'il serait obligé de faire.

Le soir du 24 novembre , ayant le sentiment d'avoir perdu le contrôle de la situation, le pape s'enfuit de Rome , incognito [ 53 ] , [ 57 ]. Il rejoint le comte Spaur , ambassadeur de Bavière et, le soir du 25 novembre , il se trouve en sécurité dans la forteresse napolitaine de Gaète [ 54 ]. Le gouvernement Galletti, en raison du départ du pape, démissionne le 3 décembre , mais la Chambre des députés confirme les pouvoirs du gouvernement et envoie une mission à Gaète qui, partie le 6 décembre , est repoussée lorsqu'elle arrive à la frontière napolitaine.

Les trois membres de la junte sont le sénateur de Rome, le prince Corsini , le gonfalonier d' Ancône , le comte Camerata , et le sénateur de Bologne , le comte Zucchini [ 60 ] qui est remplacé, le 20 décembre , par Galletti [ 61 ]. Après avoir hésité à assister la république de Saint-Marc qui lutte toujours contre les Autrichiens, Garibaldi choisit d'apporter son soutien à la Ville Éternelle.

Le 12 décembre , il fait son entrée dans Rome pour négocier les conditions de l'enrôlement de sa légion de volontaires qui reste stationnée à Cesena [ 62 ].

Mazzini, depuis Marseille où il se trouve encore, insiste sur l'importance du départ du pape, équivalent, selon lui, à une abdication et permettant la formation d'une république [ 63 ]. Le 20 décembre , celle-ci émet une proclamation dans laquelle elle annonce la convocation d'une constituante romaine. L'influence des mazziniens se fait de plus en plus forte.

Ils réussissent à attirer à eux les mouvements démocrates pourtant enclins à soutenir la Constituante dans la version fédérale et modérée de Mamiani [ 64 ]. C'est ainsi que le 23 décembre , celui-ci est appelé pour former un nouveau gouvernement. Les États pontificaux deviennent l'État romain Stato romano [ 5 ]. C'est la première assemblée de l'histoire italienne à être élue au suffrage universel direct [ 63 ]. La loi électorale permettant l'élection de quiconque est italien fait, de Rome, le centre du mouvement national [ 65 ].

Giuseppe Garibaldi et Giuseppe Mazzini, qui n'arrive à Rome que le 6 mars, sont parmi les élus [ 5 ]. Le 14 février , le gouvernement romain se compose des ministres suivants: Le drapeau adopté est le tricolore italien avec l'aigle romain sur la hampe [ 70 ]. Les premières mesures sont la confiscation des biens ecclésiastiques 21 février , l'abolition du tribunal du Saint-Office 28 février et de la censure de la presse [ 53 ] , l'instauration de l'état civil et du mariage civil [ 71 ].

La République romaine est aussi saluée par les constituants français [ N 1 ]:. Honneur au peuple romain! Atti raccolti e pubblicatti per deliberazione della camera dei deputati , Rome, , vol.

Le Premier ministre toscan Montanelli , apprenant que les cent premiers élus aux élections romaines seraient les représentants à la constituante italienne, demande au grand-duc l'élection de 37 députés à envoyer à cette future assemblée [ 72 ].

Il fait approuver la proposition par le Parlement, mais la signature du grand-duc n'est pas apposée. Le 8 février , un gouvernement provisoire est constitué, composé de Mazzoni , Montanelli, national-démocrate, et Guerrazzi , démocrate. Ces deux derniers s'opposent rapidement [ 74 ]. Mazzini, présent à Florence, fait pression pour que la république soit proclamée et qu'elle fusionne avec celle de Rome, position partagée par Montanelli [ 65 ]. L'Autriche, sous couvert du congrès de Vienne , s'autorise à intervenir tandis que la France n'est pas disposée à laisser Vienne prendre un plus grand ascendant dans la péninsule.

Le Royaume-Uni , quant à lui, est soucieux d'un certain équilibre en Europe méditerranéenne [ 75 ]. Arrivé à Gaète le 21 février , Léopold II accepte les offres de protection qui viennent de son cousin, l'empereur d'Autriche François-Joseph [ 76 ]. Mazzini se trouve encore à Florence, le 25 février , lorsqu'on lui accorde la nationalité romaine. Le 12 mars , les élections des députés ont lieu en Toscane. Le 25 mars , Montanelli propose, de nouveau, l'union de la Toscane à Rome.

Le 27 mars , les députés nomment l'avocat Guerrazzi dictateur puis approuvent sa proposition de suspendre la proclamation de la République et l'unification avec Rome [ 74 ]. En raison de l'hostilité des modérés envers Guerrazzi, des heurts éclatent et le 12 avril , la municipalité, soutenue par ces derniers, met à profit la situation pour dissoudre l'assemblée et former un nouveau gouvernement. Il est renversé par l'arrivée des troupes autrichiennes qui commencent leur campagne de reconquête le 26 avril et, le 28 juillet , Léopold retrouve son trône [ 77 ] et suspend la constitution [ N 2 ] , [ 72 ].

La répression contre la République romaine et la république de Toscane demande une importante expédition militaire que ni l'Autriche, ni le royaume de Sardaigne ne peuvent se permettre de constituer en raison de l' armistice Salasco , que l'on sait provisoire.

Vincenzo Gioberti , le président du Conseil sarde, souhaite restaurer les souverains légitimes en Toscane et à Rome, contrairement au roi et aux autres membres du gouvernement, aussi démissionne-t-il [ 78 ]. Les hostilités reprennent le 12 mars , lorsque Raffaele Cadorna , envoyé de Charles-Albert , communique à Radetzky la dénonciation de l'armistice Salasco.

La guerre austro-sarde se conclut rapidement, le 22 - 23 mars , avec la défaite de Novare et l' armistice de Vignale du 24 mars [ 78 ]. Le nouveau souverain sarde, Victor-Emmanuel II doit se concentrer sur la situation politique interne de son royaume qui est chaotique [ 78 ]. Lors de son premier discours à l'assemblée, Mazzini, avec toujours pour objectif l'unification de l'Italie, fait approuver une motion favorable à l'unification avec la Toscane puis, le 15 mars, il propose des élections pour la formation d'une assemblée pour la future constituante italienne [ 79 ].

Le triumvirat est dirigé en grande partie par Mazzini en raison de son prestige et de sa personnalité. Il tente fréquemment de diriger les travaux de l'assemblée constituante, toutefois le triumvirat se montre peu expérimenté [ 83 ]. Le ministère de la Guerre reste confié à une commission [ 84 ]. Le gouvernement romain poursuit ses réformes. Le 14 avril , il abolit la taxe sur le sel et vote la réforme agraire.

Le 15 avril , il décide de subdiviser le patrimoine foncier ecclésiastique en lots à destination des familles les plus pauvres [ 85 ]. Le 16 avril , l'expédition française est votée par l'Assemblée nationale afin de porter secours aux républicains romains insurgés contre les prétentions papales et la domination autrichienne [ 86 ] , [ 87 ].

L'expédition française est soutenue aussi par Louis-Napoléon Bonaparte , président de la République, et Odilon Barrot , chef du parti de l'Ordre. Il s'agit de donner des gages au parti de l'Ordre et aux catholiques, animés par Montalembert , qui ont assuré le succès de la candidature de Bonaparte à l'élection présidentielle [ 90 ]. D'autre part, la France a des intérêts financiers dans l'ancien État pontifical qu'elle souhaite sauvegarder [ 5 ].

La plupart des journaux français se montrent hostiles à une intervention républicaine destinée à soutenir les révolutionnaires romains [ 91 ]. Il est emmené par le général Oudinot , duc de Reggio, et embarque de Toulon et Marseille à bord de navires [ N 3 ] commandés par l'amiral François Thomas Tréhouart [ 93 ].

Le corps se compose de trois brigades sous les ordres des généraux Mollière , Levaillant et Chadeysson [ 92 ]. Le 23 avril , en prévision de l'arrivée des Français, Garibaldi est nommé général [ 94 ]. Après la présentation des intentions françaises par les trois émissaires français, La Tour d'Auvergne , Espivent de la Villeboisnet et Durand de Villers , auprès des autorités de la ville de Civitavecchia [ 95 ] , le corps débarque le 25 avril [ 81 ].

Cependant l'accueil de la population est hostile [ 97 ]. Les envoyés d'Oudinot auprès du triumvirat déclarent que l'occupation est destinée à empêcher l'intervention de l'Autriche, de l'Espagne et de Naples et s'assurer des sentiments précis de la population au sujet de la forme de gouvernement et chercher à amener une réconciliation entre Pie IX et les Romains [ 98 ]. Mazzini remercie la France pour sa volonté de défendre la République mais objecte que le débarquement de troupes, sans une demande de sa part, ne peut pas être considéré comme une mission de protection [ 99 ].

À l'issue de la rencontre, l'Assemblée romaine doit faire face à une alternative: Vous connaissez les événements qui vous ont amenés dans les États-romains. À peine élevé sur le trône pontifical, le généreux Pie IX avait compris l'intérêt de ses peuples en prenant près d'eux l'initiative des réformes libérales. Mais un Parti Factieux qui a promené le malheur sur toute l'Italie, s'armait dans Rome à l'ombre de la liberté.

Le Souverain Pontife dut s'exiler à la suite d'une émeute inaugurée par l'assassinat impuni et glorifié de son Premier ministre. Ce fut sous ces auspices et sans le concours de la majeure partie des électeurs que fut fondée la République romaine, dont aucun gouvernement d'Europe n'a reconnu l'existence. Le fantôme de gouvernement qui siège à Rome répond par des bravades inconsidérées à mes paroles conciliantes!

Nous avons à combattre des réfugiés de toutes les nations qui oppriment ce pays après avoir compromis, dans le leur, la cause de la liberté. Ils transportent bersagliers de la division Lombarda qui a été dissoute de l'armée sarde: Les bersagliers représentent une force importante commandée par un homme à la personnalité particulière, le commandant Luciano Manara [ ].

Arrivés à Civitavecchia, ils sont surpris par la présence des troupes françaises d'Oudinot qui essaient de les empêcher de débarquer. Ils poursuivent jusqu'à Porto d'Anzio où ils débarquent le 27 avril.

Ils rejoignent Rome, le 28 avril , à marche forcée, où ils contribueront de manière significative à la défense de la République [ ]. Sorti par la porte San Pancrazio avec son bataillon universitaire et la légion italienne, il surprend à revers les assaillants à la villa Doria Pamphilj et les attaque à la baïonnette, provoquant leur fuite.

Le soir Oudinot ordonne la retraite sur Civitavecchia , laissant derrière lui plus de morts et prisonniers. Les défenseurs ont perdu hommes [ ]. Le général Vaillant parle de 80 morts, blessés et prisonniers côté français [ ]. Mazzini interdit à Garibaldi de poursuivre les troupes françaises, il souhaite éviter une humiliante défaite et espère encore que les députés démocrates français vont pouvoir agir sur leur gouvernement [ ].

Un tel choix sera par la suite très critiqué à la lumière des événements qui vont suivre [ ]. Le 7 mai , le triumvirat rend un décret de nature à prouver aux Français qu'il déplore la douloureuse lutte qui a eu lieu entre les troupes des deux républiques.

Ce décret est ainsi conçu: Informé des événements, Louis-Napoléon , président de la République française , ne fait preuve d'aucune hésitation: J'espérais, vous le savez, que les habitants de Rome, ouvrant les yeux à l'évidence, recevraient avec empressement une armée qui venait accomplir chez eux une mission bienveillante et désintéressée.

Les renforts ne vous manqueront pas. Dîtes à vos soldats que j'apprécie leur bravoure, que je partage leurs peines, et qu'ils pourront toujours compter sur mon appui et sur ma reconnaissance. Recevez, mon cher Général, l'assurance de ma haute estime. La famille - Pater familias Par exemple Térence, Heautontimoroumenos.

Plutarque, Vie des Gracques, I, 7. Cornélie, mère des Gracques: Cicéron, Pour sa maison, Ovide, Fastes, V, Tibulle, Élégies, I, 10, v. Films documentaires sur Pompéi: Himbert, Les Mystères de Pompéi Les grandes étapes de la conquête - Guerres puniques Tite-Live, Histoire romaine: Pittoni au musée du Louvre. La Bataille de Zama, tapisseries, musée du Louvre. Motte du musée Crozatier au Puy-en-Velay, parodie de Goscinny , mais aussi plus largement sur celle du Gaulois, dont on trouve des représentations dans un très grand nombre de musées de France.

Plutarque, Vie de César, Vie de Pompée. Claude Simon, La Bataille de Pharsale. Purcell, Didon et Énée. Évangile selon saint Matthieu, 12, 42 Vulgate. Le Coran, sourate 26 Salomon et la Reine de Saba. Boccace, Des Femmes illustres. Sophonisbe à Masinissa, cinquième harangue ; Corneille, Sophonisbe Claude Simon, La Chevelure de Bérénice.

Horace, Épodes, IX, v. Properce, Élégies, IV, 6. Tacite, Histoires, II, Racine, Bérénice ; Corneille, Tite et Bérénice. Enée, Romulus, Horatius Coclès Par exemple Virgile, Énéide, I sqq. I, ; ; Cicéron, La République, II, Hygin, Fables , , , Lhomond, De Viris illustribus. Plutarque, Vie de Romulus. Giorgio Ferroni, La Guerre de Troie César, Guerre des Gaules ; Guerre civile. Ce lexique obligatoire du collège doit être réactualisé et consolidé.

La classe de seconde vise particulièrement: Ils manipulent parallèlement des dictionnaires latins et français. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, II, Les pratiques religieuses Par exemple Isocrate, Aréopagitique, Aristophane, Nuées, ; Regard et discours ethnographique Homère, Odyssée, Hérodote, Enquête, 1, 2, 4.

Lectures complémentaires en traduction: Eschyle, Les Sept contre Thèbes. Lecture complémentaire en traduction: Cocteau, La Machine infernale. Apollodore, Épitomé, II, 4, Euripide, Alceste, , à la fin. Apollodore, Épitomé, II, 7, 7. Prolongements Sophocle, Les Trachiniennes. Hygin, Fables, Herculis Athla, etc. Apollonios de Rhodes, Argonautiques, IV. Le professeur organise son projet pédagogique annuel autour des entrées récits et témoignages ; la rhétorique ; le théâtre ; la poésie et des sous-entrées par exemple pour la rhétorique: Sulpice Sévère, Vie de Martin.

Venance Fortunat, Vie de saint Martin. Canova, Amour et Psyché, musée du Louvre. Lettres et épigrammes - Cicéron, Correspondance Plusieurs parcours possibles: Belles Lettres, lettres classées par périodes: Catulle, Poésies, 73, 84, 93, ; Martial, Épigrammes, I, 4.

Anthologie Palatine, livre 11, par exemple , , , , , , , , , , , ,

Rechercher un auto-entrepreneur par département et par catégorie