Imperial Cleaning

Une Femme Mysterieuse

Ma recherche est particulière mais je suis ainsi Un regret, c'est de ne pas savoir ce qui va arriver à Léona, j'ai mon idée pour Shari et Paul.

Depuis l'au-delà

Mystérieuse rencontre

Mais tu es comme hypnotisée par son regard vert profond Le silence s'installe entre vous, pas un mot n'est échangé, son regard se fait plus ténébreux, il te pénètre véritablement avec ses yeux Et tu n'arrives pas à résister Il se passe peut être1 seconde, 1 minute Tout d'un coup, il te prend par le coude, tu sursautes au contact de sa main sur ta peau Sans te quitter du regard et tjs sans un mot, il te tire lentement vers la porte de la terrasse restée ouverte Ses doigts pianotent lentement sur ton bras, tu en as la chaire de poule, tu le scrutes, tu observes ses discrets points de beautés, sa barbe rasée de près, ses sourcils impeccables et qui viennent encore renforcer le pouvoir hypnotique de son regard La courbe de ses lèvres quand il sourit, cette douceur qui émane de lui Son corps qui se déplace en douceur, ses doigts qui t'effleurent mais auquel tu sens que tu ne peux résister Au détour d'un coin de haie, il s'arrête Du bout des doigts, il caresse ta joue, il te sourit, ses mains glissent le long de tes bras, montent et descendent, se glissent dans ta nuque Son parfum musqué t'emplit les narines, se mélangeant à l'odeur florale du jardin, créant un mélange d'une puissance érotique inimaginable Tu ouvres la bouche, tu voudrais dire quelques choses Mais il ne t'en laisse pas le temps Avant même d'avoir pu dire un mot, il pose ses lèvres sur tes lèvres, il envahit ta bouche, il plonge sans langue tellement loin en toi Il te rattrape, fermement, il te tient, te retient Et je pense que tu devrais écrire la suite J'attends la suite avec impatience.

Merci à vous deux La suite est déjà écrite, je mets le lien pour les intéressés, il est aussi dans ma signature. Mystérieuse rencontre, la suite! N'hésitez pas à laisser un petit message, à très vite. Je me prépare déjà à lire la suite de cette histoire ce soir, bien au calme Les ados parlent sexo Addiction sexuelle Asexualité Circoncision Couples atypiques: Déceptions et ruptures Ejaculation prématurée ou précoce Infections sexuellement transmissibles Les mots du sexe Peur du sexe Prépuce et phimosis Sexologie, sexothérapie Sexualité des personnes handicapées Sida et prévention Transsexualité, transgendérisme: Je sors ordinateur et téléphone pour occuper ces longues heures à venir.

Le train était plein à craquer, la chaleur étouffante difficilement supportable, et en face de moi, un mystérieux passager.

Un jeune homme de trente ans environ, grand, les yeux verts, blond, les cheveux courts mais avec une mèche suffisamment présente pour descendre sur son front, ce qui lui donnait un air encore plus intriguant.

Il portait un pantalon de ville noir, une chemise blanche, des chaussures noires vernies, il dégageait beaucoup de classe.

Discrètement, je détaillais chaque partie de ce bel inconnu: Mais je fus vite rattrapée par un: Et vous, vous aimez faire quoi dans la vie à part travailler?! Je me lance dans quelle aventure là?! Arrivés devant la gare, il a appelé un taxi. Des regards qui voulaient dire beaucoup… Après vingt minutes, nous sommes arrivés à destination. Je profitais de son absence pour regarder un peu autour de moi: Sur un pan de mur, étaient disposés un grand écran et une chaine stéréo, un canapé noir en cuir sur le second, puis un tapis à motifs blancs et noirs jonchait le sol.

Je lape ces gouttelettes, me délectant de ce nectar. Il les mordille, les suçote, les aspire goulument. Puis il parcourt mon ventre, mes hanches, mes cuisses, entre ses lèvres et sa langue, je ne sais plus où donner de la tête!

Tout en me caressant avec sa langue, il introduit un doigt, puis deux, il me rend folle. Il remonte le long de mes jambes encore tremblantes et dépose un doux baiser sur mes lèvres. Je ne sais pas toi, mais moi, je meurs de faim! Tu as de quoi faire? Spacieuse et bien équipée pour faire de bons petits plats! Une bonne demi-heure après, je ramène une bonne plâtrée de crêpes, du sucre, et du Nutella pour les déguster.

Un peu gênée, je me blottis contre lui. Nous sommes restés une bonne heure comme ça, à rêvasser, la fatigue nous gagnant après cette longue et imprévisible journée. Dans ce grand appartement, pas facile de se repérer!

Je sentis un grand frisson de désir me traverser le corps. Ma robe ne pouvait cacher mon excitation, mes tétons durs et pointant vers lui traduisaient mon état.

Mes mains sur ses fesses, je le rapprochais violemment pour le coller contre moi. Il en avait autant envie, son membre bandant déjà très fortement le trahissait. Ainsi, toute mon intimité déjà trempée lui était offerte. Cette fois, il était en moi. Je sentais sa queue déjà dure grossir.

Je me mis à mouiller, et à mouiller encore. Chaque mouvement me rendait folle. Ses coups de reins étaient rapides, presque violents, ses bourses pleines venant taper sur mes fesses. Puis il se glisse avec moi sous la mousse, il y a bien assez de place pour tous les deux.

Il préparât un peignoir pour moi, et me séchât vigoureusement pour me réchauffer tant je grelottais. Mais en attendant, on va se mettre dans mon lit au chaud, ça te va? Le soleil transperçait les rideaux de ses rayons, il faisait une journée magnifique.

Le réveil posé sur la table de nuit indiquait onze heures. Ce geste me fît sourire. Sur une desserte, près du lit, se trouvait un plateau plein de bonnes choses, histoire de bien attaquer la journée. Une grosse journée nous attend. Il était debout, face à moi, et ne cherchait pas à protester quand je me mis à défaire ce bout de tissu qui nous séparait. Je me mis alors à le sucer, goulument, alternant coups de langue et regards pervers.

Entre deux gémissements, il prononçait quelques mots qui me firent frissonner: Le faire prendre son pied, me regarder avec envie. Vous vous approchez de la portière arrière, l'ouvrez, et vous engouffrez, sans un mot. Installée, je n'ai qu'un regard simple vers vous par rétroviseur interposé Vous posez la main sur mon épaule en guise de salut.

Je pose la mienne dessus, en guise de réponse. Je garde les yeux sur la route, mais quelques regards prétextés pour surveiller la circulation croisent le vôtre. Je vous vois onduler sur le siège arrière Vous vous avancez doucement vers les sièges avant pour déposer à côté de moi un bout de tissu de dentelle Je l'observe et le reconnais Un léger sourire se dessine sur votre visage Nous continuons notre route Plus loin, un hôtel, puis son parking.

Je me gare, coupe le moteur et sors. Je reviens de l'accueil puis monte les escaliers. Je sais que vous m'observez Votre téléphone vous annonce un message: Prends le bandeau à côté de toi.

Vous observez autour de vous, inquiète de n'avoir rien vu jusqu'à présent. Dans le vide poche de la portière, un bandeau noir de soie se cache. Vous le serrez dans la main, puis vous quittez enfin cette antichambre. Vos talons sonnent sur les marches de métal et de pierre.

Votre respiration s'arrête un instant. Un regard de part et d'autre du corridor: Ce sera la dernière chose que vous aurez observé avant que vos yeux ne s'occultent. A tâtons, vous poussez la porte Vous vous avancez suffisamment dans la chambre. Pas un bruit, jusqu'à ce que vous perceviez le bruit du pêne de la porte.

Vous sursautez intérieurement, votre coeur bat plus fort. Le "piège" s'est refermé A moi d'en faire un piège sensuel Vous guettez chaque bruit Les secondes s'égrainent, des secondes qui vous paraissent interminables Votre interrogation va trouver bientôt ses réponses Des doigts vous effleurent, longe votre cou Ils s'insinuent sous votre veste Habilement, ils la font glisser à vos pieds Des lèvres viennent se poser sur le lobe de votre oreille Une douce caresse d'origine inconnue parcourt vos bras, souligne chaque limite Vous vous sentez observée, épiée, dévisagée Le caraco que vous portez n'aura pas été un rempart plus impressionnant que votre veste Votre robe apparaît aux yeux de votre "bourreau" La bretelle droite glisse, puis la droite Visiblement, même vos vêtements sont contre vous La chaleur d'un corps se fait sentir La suite, plus tard, mais dans le réel Les jours passent sans qu'aucune réponse ne vienne.

Puis un matin, une missive inespérée: Cher inconnu, Votre imagination semble prolifique voire audacieuse Mais sera-t-elle au rendez-vous? Moi, oui en tous cas. J'attends l'instant où du virtuel, vous passerez eu réel Ma proposition semblait être à la hauteur. Il ne me fallut que quelques jours pour organiser cette rencontre. Je pris mes dispositions et lui ai envoyé un email en retour pour lui présenter mes directives. Rendez-vous fut pris pour le lendemain après-midi.

Je la récupère à l'angle d'un café dans lequel elle m'attend. Comme nous ne nous connaissons pas, j'ai convenu de mettre un ruban bleu au rétroviseur droit de ma voiture, suffisamment long pour qu'elle l'aperçoive. A quelques minutes du lieu, je m'arrête pour lui envoyer un SMS afin de l'avertir de mon arrivée imminente.

En guise de réponse, je n'ai qu'un "OK". A quelques mètres, j'aperçois une femme élancée aux larges lunettes de soleil. Sans en avoir l'air, elle inspecte les voitures qui descendent la rue. Elle m'aperçoit et me fait un signe de la main comme on halerait un taxi. Je stoppe ma voiture un peu après elle afin qu'elle entre directement derrière. Elle s'approche et ouvre aussitôt la portière pour s'installer.

Aucun mot de sa part. Je croise un court instant son regard dans le rétroviseur. Mais déjà, les voitures derrière moi s'impatiente et m'interpellent de quelques coups de klaxons.

Je redémarre et me concentre sur la route. Elle, elle prend un air détaché. J'ai vraiment l'impression d'être un chauffeur de taxi! La route se passe. Nous avons je pense tous les deux un avantage sur la situation: Enfin jusqu'à un certain point. J'attends alors la suite de ce qui était écrit. Elle ne tarde pas.

Je vois son visage disparait un instant de mon champ de vision. Puis, elle réapparait à hauteur de mon épaule. Sa main se tend et abandonne sur le siège passager un tanga de dentelle noire.

Sans trop vouloir quitter la route des yeux, je l'observe. De mon côté, je plonge la main dans le vide poche de ma portière. J'en extrais un bandeau de soie de la même couleur que je dépose sur l'appuie-tête du siège. Doucement, je le vois glisser derrière Le pacte est scellé: Je tourne une dernière fois pour entrer dans le parking de l'hôtel.

A mon tour de prendre un air détaché. Sans un regard pour elle, je sors. J'ouvre le coffre et prends un sac de voyage. Je me dirige vers la réception de l'hôtel. Heureusement pour moi, à cette heure-ci, la réception n'est pas submergée! J'en ressors deux minutes plus tard. Je fixe la voiture et je discerne le regard de la belle qui m'observe. Sans un signe, je m'engouffre dans le corridor qui mène à l'escalier puis aux étages.

Je n'ai pas difficultés à trouver la chambre. Je prends vite mes marques. Je repère l'agence de la chambre: Dans le fond, une penderie et la porte de la salle de bain. Je me mets à l'aise. Je sors quelques "accessoires" de mon sac et je le range dans la penderie. Je n'attends pas de réponse cette fois. Je ne m'attends pas à ce qu'elle accoure toutefois. Soudain, j'entends des pas dans le couloir. Mon coeur se met à battre fort.

Mais mon excitation est de courte durée lorsqu'ils s'éloignent. Je commence à me demander ce qu'elle fait lorsque la personne se ravise et repasse.

Chapitre 1